Voir la vie en rose? …Ou transformer l’humain en cyborg?

On ne s’en étonne plus: les objets connectés occupent une place grandissante dans nos vies. Et l’apex est loin d’être atteint. Parmi les innovations  explorées en 2013, les lunettes interactives de Google auront fait couler beaucoup d’encre virtuelle, comme en témoigne entre autres  cet article du Figaro sur le sujet.

Créées en 2012 selon un concept datant du début des années 2000, les Google Glasses ont finalement pu être expérimentées dès janvier 2013 par des volontaires américains. Coût d’achat d’un prototype de ces lunettes interactives permettant de naviguer discrètement dans une réalité augmentée? 1500$.

Si la phase d’expérimentation se poursuit, grâce à The Glass Explorer Program, la commercialisation de ce gadget serait attendue au cours de 2014. Et Business Insider prévoit que le marché des lunettes connectées dépasse les 10 milliards de dollars d’ici 2018.

Au sujet de la chose

Les Google Glasses comprennent une caméra photo et vidéo, un microphone et un écouteur, un pavé tactile et l’action vocale, un écran, un GPS, un accès internet Wi-Fi, Bluetooth et 3G, un écouteur et un espace de stockage de données. Le Monde | Technologies a d’ailleurs fait une évaluation vidéo intéressante de l’objet.

En plus de faire le lien avec les différentes fonctionnalités Google, il est possible d’envoyer des messages, d’interagir avec ses contacts, de tweeter, de faire des vidéo conférences et d’accéder rapidement à des informations pour simplifier et bonifier son quotidien. Contrairement aux téléphones intelligents où l’utilisateur a (normalement) les yeux rivés à son écran pour effectuer une tâche, les Google Glasses sont porteuses de liberté et permettraient de demeurer dans le monde réel, mais avec une valeur ajoutée si chère au 21e siècle, celle de rester en ligne.

Plus qu’un simple bidule, ces lunettes ont été présentées dans le magasine Vogue. Bien que le résultat visuel soit plutôt futuriste et surprenant, la technologie franchit ici une nouvelle étape: l’objet connecté devient ainsi donc un accessoire mode. Une mode bien singulière, diront certains.

Quelques pistes de réflexions…

Si les Google Glasses fascinent, elles génèrent néanmoins leur lot de craintes et d’oppositions.

En matière de confidentialité et de droit à la vie privée, le grand public pourra se demander s’il risque d’être filmé et photographié constamment et à son insu aussitôt qu’il entrera dans le champ de vision d’un porteur de ces lunettes interactives. Les Google Glasses pourraient devenir davantage intrusives si des applications de reconnaissance faciale sont mises de l’avant. Les données et images qui s’enregistrent  sur les serveurs titanesques de Google constituent également un enjeu de taille: avec la synchronisation, l’usager y laisserait des traces, les siennes et celles de ceux qui l’entourent. Des zones où les discrètes Google Glasses ne sont pas acceptées pourraient voir le jour, pour garantir une certaine intimité. Elles pourraient être interdites dans des bars où l’on ne souhaite pas nécessairement être vus (retracés par la machine « googlelienne ») ou dans les établissements d’éducation afin d’éviter toute procédure frauduleuse de la part des étudiants lors d’évaluations.

En matière de droits d’auteur et de droit à l’image, il y a aussi lieu de se questionner. Le port des lunettes Google au cinéma, au théâtre ou lors de toute sortie culturelle serait-il à proscrire, surtout s’il  est si facile de filmer à l’insu des autres? La reproduction et la diffusion illégales d’œuvres d’art deviendraient un jeu d’enfant, tandis que les risques de retrouver son visage là où on n’y a pas consenti seraient accrus.

Sur la route, il est indéniable que les lunettes Google représentent un potentiel de distraction. Une automobiliste californienne a d’ailleurs été prise sur le fait en janvier dernier. De nouvelles législations en matière de sécurité routière pourraient donc voir le jour et être appliquées.

Avec la phase d’exploration et d’expérimentation amorcée en 2013, les Google Glasses continuent d’évoluer. Deviendront-elles une invention  qui transformera les humains en organismes cybernétiques aux capacités accrues? Qu’à cela ne tienne, pour Google, l’un des défis sera de rendre l’objet crédible afin d’en faire autre chose qu’un accessoire tout droit sorti d’une saga intergalactique.

Tagué , , ,

4 réflexions sur “Voir la vie en rose? …Ou transformer l’humain en cyborg?

  1. evetslefurac dit :

    Bien d’accord avec tous les points de réflexions que tu as émis, et j’irais même plus loin: nous devons absolument assumer qu’il y aura intrusion dans n’importe quel objet lié à l’Internet. C’est ce que tout le monde devrait se dire avant d’en adopter un. Les preuves ne manquent plus. Il ne s’agit pas seulement de la NSA ou du gouvernement américain mais également des grandes entreprises (d’ailleurs très hypocrites au sujet de la surveillance de la NSA) comme Google et Facebook mais également toutes ces entreprises privées qui travaillent à récolter le plus de données et d’informations possibles sur le plus de gens possibles pour les vendre à des tiers. Il faut absolument lire cet article paru plusieurs mois avant les premières fuites de Snowden si quelqu’un en doute encore: http://us.cnn.com/2013/03/16/opinion/schneier-internet-surveillance/index.html

    Au-delà de cette connaissance de cause, ces Google Glasses pourront toujours être très ludiques ou commodes pour plusieurs personnes, mais de la façon dont elles sont présentées pour le moment, j’ai du mal à y voir ici il autre chose qu’un téléphone intelligent sous forme de lunettes et un accès plus intime que jamais à nos informations privées par d’autres. Le déverrouillage de son iPhone avec son empreinte digitale par exemple. Difficile de s’imaginer que cela ne mènera pas à une autre très grande base de données.

  2. paulinesalaun dit :

    Bonjour Jean-Claude,

    Concernant le potentiel de distraction des Google Glasses, deux professeurs américains de psychologie ont récemment publié une tribune dans le New York Times sur les possibles perturbations socio-psychologiques et cognitives que les Google Glass seraient susceptibles d’engendrer.

    Des expériences ont montré que les gens ne parviennent souvent pas à remarquer quelque chose d’évident dans leur champ visuel, quand leur attention est portée ailleurs. Les chercheurs ont constaté que les gens peuvent manquer un homme déguisé en gorille (!), même quand ils regardent droit dans sa direction. Il s’agit d’un phénomène appelé la «cécité inattentionnelle », qui montre que la perception nécessite à la fois nos yeux et notre esprit.

    Google glass peut donc permettre aux utilisateurs de faire des choses étonnantes, mais il ne supprime pas les limites de la capacité humaine à faire attention !

    Pour plus d’infos, l’article est par ici : http://www.nytimes.com/2013/05/26/opinion/sunday/google-glass-may-be-hands-free-but-not-brain-free.html?_r=3&

  3. Pour ma part je reste un peu ambigu devant cette nouvelle ; la modeuse en moi s’exclame de joie à l’idée de pouvoir arborer un look tout à fait geek endossé par les grands designers, alors que mon moi névrotique se sent déjà un peu mise à nue.

    Pour le consommateur, une fois qu’il aura passé la phase un peu rose des avantages et de la commodité de cet objet, il devra se rendre à l’évidence que la notion de vie privée risque d’être bafouée au passage. Ce qu’on nomme la notion d’attente raisonnable relative au respect de la vie privée sera automatiquement mis sur la sellette. Ce point de loi servant initialement à protéger les gens d’être photographié dans leur bulle privée –par exemple – pourrait être mise en péril si les lunettes deviennent trop communes. Si, tel que prévu, les lunettes se retrouvent sur tous les nez, cela signifiera peut-être qu’il n’existera alors plus aucun moment qui ne pourrait être considéré comme privée. C’est comme si plus jamais on ne pourrait avoir droit à cette bulle qui nous appartient et nous permet de jouir d’un instant d’intimité. Bref, une foule de petits points légaux seront à être revu avec la sortie de ce nouvel accessoire fashion.

    Juste pour voir ce que ça donne sur les passerelles : http://live.wsj.com/video/google-glasses-at-diane-von-furstenberg-show/738BCFD3-F507-4225-855E-D7CFA2656A7F.html#!738BCFD3-F507-4225-855E-D7CFA2656A7F

  4. […] – Voir la vie en rose? …Ou transformer l’humain en cyborg? […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :