Démystifier l’industrie de la mort ?

CimetièreSe présentant comme le leader du domaine funéraire avec plus de 500 membres et 145 entreprises, la Corporation des thanatologues du Québec déploie, du 8 octobre au 4 novembre, une campagne de communication composée de cinq messages vidéo, dont un pour la télévision et quatre pour le web. Cette vaste initiative culminait avec la première journée Portes ouvertes du domaine funéraire, le 21 octobre dernier, dans plusieurs établissements membres. La campagne est également soutenue par un site internet revampé et une présence sur les médias sociaux (TwitterFacebookYouTube).

Il est indéniable que l’organisation souhaite se rapprocher de la population et à la conscientiser sur le côté humain de la profession. Plus qu’un simple vendeur de cercueils, le thanatologue est à l’écoute et conseille judicieusement, de manière intègre, les personnes vivant un deuil. On tente de démystifier «un domaine réputé pour son conservatisme», comme le souligne Nathalie Samson, directrice générale de la Corporation, dans sa présentation de la campagne. On comprend que les objectifs communicationnels premiers sont d’accroître la notoriété de l’organisation en révélant son caractère humain et son expertise, d’en rehausser l’image et de promouvoir l’apport de la profession à la population lors du décès d’un proche.

Dans un désir d’ouverture, chaque message exploite une facette de cet univers générant encore aujourd’hui chez bien des gens un malaise. On mise sur une approche chaleureuse et professionnelle, axée sur la mémoire et le respect, pour montrer le réel visage de ce métier donnant, parfois, froid dans le dos. Ce que véhicule la thématique choisie: « Laissez-vous accompagner par des professionnels. » Ces gens de confiance sont présents, pour nous.

Chaque capsule touche une cible et un thème particuliers avec un message empreint d’émotions. Merci maman évoque la simplicité d’effectuer ses préarrangements auprès d’un membre pour alléger le chagrin des proches. Le passager souligne l’expertise des membres et leur sincère respect des volontés des défunts. Dans Aux petits soins, c’est l’attention aux détails et les qualités artistiques (pour éviter les histoires d’horreurs de défunts qui, une fois embaumés, ne se ressemblent plus) qui sont mises de l’avant.  Grand-papa présente une organisation à l’avant-garde, avec fillette lucide comprenant la mort et se documentant sur le web.L’héritage démontre le côté humain du thanatologue (il s’agit souvent d’entreprises familiales): malgré la solide formation reçue, c’est de son père décédé qu’il a tiré les plus nobles apprentissages: l’écoute et l’aide aux gens.

Avec sobriété, on s’adresse à la population adulte en général, car la mort concerne tout le monde. Mais on s’adresse aussi aux membres, aux jeunes, leur révélant l’envers d’une profession à peut-être considérer dans leur choix de carrière, aux personnes qui ont ou qui sont sur le point de perdre un proche, ainsi qu’aux personnes souhaitant se préparer à la mort.

Étonnement quant au choix des médias utilisés: on se serait attendu à ce qu’une telle organisation privilégie les médias traditionnels. Le choix du web traduit indéniablement un désir de proximité et d’interaction, ce qui octroie à la Corporation un caractère dynamique nouveau.

La campagne étant actuellement en cours, il s’agit d’une histoire à suivre, bien que la fin soit… inévitable.

Tagué , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :